Sustainable Development at Demix

Demix Agrégats, Demix Béton and Demix Construction, divisions of CRH Canada Group Inc., are fully committed to CRH Canada's sustainable development, responsible stewardship of the natural environment and social responsibility initiatives.

This section is dedicated to sharing our initiatives that support that commitment. We encourage you to bookmark this section and visit us regularly to learn about our latest activities.

Blasting: one of the first steps in the aggregate manufacturing process

photo106sx63...2...1...boom!!! It only took a few seconds to reduce a hill of rock into a pile of thousands of tons of stones that will be taken away to be crushed and separated into aggregates. This step in the crushed stone manufacturing process is carried out with great care, and thorough preparation is required to ensure the safety of everyone involved.

Please note that the rest of this article is in French. If you would like to receive the full English version of this article, please contact us to request it.

Le forage et le dynamitage du roc sont des opérations très reliées entre elles afin de permettre une fragmentation adéquate du roc permettant des opérations de chargement et de transport par camions ainsi que de concassage optimales. Le forage est exécuté à l'aide d'une foreuse. Celle-ci se déplace sur des chenilles très robustes et adaptées aux conditions de terrains parfois difficiles que l'on retrouve dans les carrières. Le marteau hydraulique très puissant de la foreuse permet d'appliquer une pression suffisante sur des aciers munis d'outils de pénétration (forêts) montées sur un mât de près de 12 mètres de hauteur pour percer le roc. Les aciers de forage sont ajoutés l'un après l'autre pour permettre de réaliser la profondeur requise du trou. Dans les carrières, la profondeur de forage varie de 10 à 15 mètres pour des conditions d'exploitation normales.

Un dynamitage est constitué d'un ensemble de trous de forage chargés d'explosifs, la quantité d'explosifs contenue dans chaque trou est en fonction du diamètre et de la profondeur de ce dernier. Chaque trou de forage est responsable de briser une certaine quantité de roc autour de lui, et le nombre de trous varie selon la quantité de roc à dynamiter. Dans les carrières, il est courant d'observer des dynamitages de l'ordre de 25,000 à 50,000 tonnes. Chaque type de roc possède des caractéristiques qui permettent de déterminer l'énergie requise pour le briser. La dureté est sans aucun doute la caractéristique déterminante du choix de l'explosif. À titre d'exemple, un roc dur, tel un granite, exige un explosif plus énergétique que celui d'un roc de nature plus molle, tel un schiste. La mise à feu d'un dynamitage provoque l'explosion des détonateurs qui sont des petites charges explosives très concentrées, localisées normalement au fond de chaque trou. Dans chacun des trous, cette mini-explosion libère l'énergie nécessaire pour faire détoner toute la colonne d'explosifs contenue dans le trou.

Divers types de détonateurs existent, soit, entre autres les détonateurs électriques, non-électriques et électroniques. Ces technologies ont été développées graduellement au cours des années pour permettre des opérations de dynamitage de plus en plus sécuritaires et pour mieux contrôler les effets des vibrations. Les trous sont mis à feu selon une séquence de temps qui permet un étalement des explosions. L'énergie libérée par les explosifs permet de briser le roc et génère également des ondes de choc (vibrations) qui se transmettent dans le roc environnant à grande vitesse. La séquence de mise à feu permettra donc l'étalement de ces ondes de choc pour ne pas qu'elles excèdent les seuils requis selon les normes. Les vibrations sont enregistrées au moyens de séismographes qui sont mis en place à chaque dynamitage et localisés selon la position du dynamitage par rapport aux édifices et structures environnantes.